Sauges – Salvia officinalis – Salvia sclarea – Salvia triloba o fructicosa – Salvia pratensis

Sauges – Salvia officinalis – Salvia sclarea – Salvia triloba o fructicosa – Salvia pratensis

22 avril 2015
/ / /

Fiche de plante médicinale

sauge trilobée_sauge de grece_salvia fructicosa

sauge trilobée sauge de grèce

La Sauge compte plus de 900 espèces, elles forment le genre « Salvia ». D’origine méditerranéenne, elle est présente sur tous les continents et ses  propriétés médicinales sont connues depuis la nuit des temps. En attestent son étymologie (du latin « salvare » guérir, sauver) ainsi que les nombreux proverbes au sujet de cette plante sacrée et magique : « Qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin d’un médecin » (dicton provençal) ; « Pourquoi mour­rait l’homme dans le jardin de qui pousse la sauge, si ce n’est qu’il n’existe aucun remède con­tre le pou­voir de la mort » ( Ste Hildegarde de Bingen). On pourrait presque qualifier la sauge de « panacée » (du grec pan, « tout » et akos, « remède » soit le remède universel) tant ses vertus médicinales sont étendues.

Toutes les sauges ont des propriétés médicinales mais nous intéresseront à celles communément utilisées en Europe (cf. titre de l’article). Les plus connues en France sont la Sauge officinale et la Sauge sclarée. La sclarée est aussi appelée « toute bonne » car elle ne contient pas de thuyone (substance neurotoxique et épileptique présente notamment dans l’absinthe) et car le sclaréol est un fixateur de parfum (on utilise même les branches pour en extraire le sclaréol).  La Sauge des prés (salvia pratensis) peut être utilisée mais elle est peu odorante et par conséquent peu efficace. La Sauge trilobée originaire de Grèce (photo ci-dessus prise à Tilos) est plus active et plus riche en essence que la sauge officinale (15ml d’essence par kg de plante pour cette dernière contre 18ml /kg pour la trilobée).

sauge des pré salvia pratensis

sauge des prés

Nom scientifique : Sauge officinale (Salvia officinalis), Sauge sclarée ( Salvia sclarea), Sauge des prés (salvia pratensis)

Autre noms : Herbe sacrée, Thé de France, Thé d’Europe, Thé de Grèce, Thé de provence, Thé sacré.
En anglais : « Sage »

Famille : Labiées

Origine du nom : Salvia du latin « salvare » soigner, guérir, sauver.

Période de récolte : avant la floraison en juin ou automne par temps sec et ensoleillé

Parties utilisées : feuilles

Propriétés médicinales de la sauge officinale

En interne

  • Stimulant général, notamment du système digestif, nerveux et hormonal tout en le rééquilibrant
  • Tonique
  • Stomachique, apéritive, digestive
  • Antispasmodique
  • Fébrifuge (combat la fièvre)
  • Emménagogue (stimule et régularise les règles)
  • Anti-transpirant (++) et régulateur de la transpiration
  • Astringente
  • Antiseptique, Antiviral, Antibactérien
  • Anti-inflammatoire pulmonaire et digestif
  • Anti-asthmatique
  • Anti-cholestérol
  • Hypoglycémiant
  • Anti-oxydant (++ flavonoïdes, acide rosmarinique – utilisation en charcuterie pour empêcher la putréfaction de la viande)
  • Anti-mutagène (anti-cancérigène)
  • Cholérétique (augmente la sécrétion de bile)
  • Diurétique léger
  • Stimule la mémoire

En externe

  • Résolutive (qui calme, fait disparaître une inflammation, un épanchement)
  • Antiseptique
  • Cicatrisant
  • Anti-rhumatismal

Indications de la sauge officinale

En interne

  • Convalescence, surmenage
  • Dépression, abattement, neurasthénie ( stress,  anxiété, fatigue, maux de tête)
  • Vertiges, étourdissements, tremblements
  • Dérèglement global du système nerveux (dystonie neurovégétative)
  • Névralgie notamment dentaire
  • Troubles digestifs : diarrhée, estomac lourd, foie paresseux, vomissements spasmodiques, gaz
  • Transpiration excessive (hyperhydrose)
  • Fièvre, fièvre typhoïde
  • Inflammations du nez, de la gorge et infections des voies respiratoires :
    • Asthme (fumer les feuilles ou boire l’infusion)
    • Rhume, rhinopharyngite
    • Trachéite, laryngite, pharyngite
    • Toux, Enrouement
    • Extinction de voix, aphonie (++ en gargarisme « la sauge redonne la parole à celui qui l’a perdue »)
    • Angine
  • Règles douloureuses, règles irrégulières, syndrome prémenstruel (++ en cure d’une semaine avant la date des règles)
  • Pertes blanches (leucorrhée)
  • Ménopause (bouffées de chaleur, troubles congestifs)
  • Maladie d’Alzheimer
  • Varices, hémorroïdes, anévrismes veineux
  • Stoppe la montée de lait

En externe

  • Plaies et ulcères rebelles (infusion ou vin de sauge)
  • Ulcères de jambes
  • Inflammations de la bouche : aphtes, gingivite, muguet, faiblesse des gencives, amygdalites (décoction en bain de bouche)
  • Herpès labial

Utilisations de la sauge officinale

En interne

Infusion :

  • pour les cures et les petits maux : une cuillère à soupe par tasse, infusion 10 minutes, 3 fois par jour
  • pour les douleurs et maladies plus graves : 20 à 40 g par litre

Décoction : 15g par litre, bouillir 5min

Vin de sauge pour bronchites, sueurs, vertiges : faire macérer pendant dix jours 100g de feuilles fraîches dans 1 litre de vin blanc et du miel. 1 à 3 verre par jour.

Vin de sauge pour neurasthénique, surmenés, convalescents, douleurs dentaires : 40 g de sauge, 1 litre de vin liquoreux ( type porto, de banyuls, muscat) faire macérer 8 jours,  filtrer. 1 à 3 cuillère à soupe après chaque repas.

Externe

En compresses : 100g pour 1 litre.

Brulée, elle purifie l’air et était utilisée à cet effet dans les rituels magiques et religieux.

Contre-indications de la sauge officinale

attention image

ATTENTION : la sauge officinale et trilobée contiennent de la thuyone qui est neurotoxique et épileptisante, mais la sauge sclarée en est exempte et présente les mêmes propriétés stimulante, antisudorale et emménagogue.

Petit point sur la thuyone :  La thuyone entraîne des tachycardies, bouffées de chaleur, convulsions, vertiges.
Le risque d’ingérer une forte dose de thuyone est plus grand avec les extraits alcooliques (teinture mère, vin de sauge) de plantes qu’avec une infusion car elle est moins soluble dans l’eau. L’huile essentielle des plantes contenant de la thuyone (absinthe, armoise, estragon) est interdite à vente car elle est hautement neurotoxique même à faible dose (2 petites cuillères peuvent tuer un homme).

L’utilisation de sauge est FORMELLEMENT CONTRE-INDIQUÉES  en cas de :

  • grossesse (car la thuyone est emménagogue et abortive + effet hormonal ou « œstrogène-like » du salviol)
  • allaitement  (car elle fait tarir la lactation)
  • épilepsie (en particulier pour les extraits alcooliques à cause de la thuyone)
  • hypertension ( à cause de la thuyone)
  • cancer du sein, des ovaires, de l’utérus, cancer hormono-dépendant (à cause de l’effet hormonal)
  • Interdit aux enfants de moins de huit ans (en prise prolongée)

Sources :

http://les-herboristes.forumactif.com/t136-sauge-salvia-officinalis
http://www.guide-phytosante.org/anti-inflam-antalgiques/sauge/sauge-proprietes.html
http://www.passeportsante.net/fr/nutrition/encyclopediealiments/fiche.aspx?doc=sauge_nu
http://www.wikiphyto.org/wiki/Sauge_officinale
http://www.creapharma.ch/sauge.htm#eff

Le livre des bonnes herbes, Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1996.
Du bon usage des plantes qui soignent, Jacques Fleurentin, Ouest-France, 2013.

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

F